AU COEUR DE LA JOURNÉE MONDIALE DE L’ETAT D’URGENCE ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE

En marge de « la Journée Mondiale de l’Etat d’Urgence Environnementale et Climatique », organisée le 5 juillet par le collectif ACT NOW créé par le cinéaste Magà Ettori, 400 personnalités ont signé une Tribune qui interpelle l’Organisation des Nations Unies, afin de déclarer l’état d’urgence environnementale et climatique.

De l’Angleterre à l’Australie en passant par l’Afrique, le Canada, la Guadeloupe, la Guyane, les Etats Unis, la France, l’Italie, l’Allemagne, Israël, la Suède, sous les mers et jusque sur le Mont Blanc, le collectif ACT NOW a organisé toute une série d’événements artistiques et sportifs. A cette occasion, plusieurs records ont été établis par des athlètes de haut-niveau pour sensibiliser à la cause du Climat et de l’environnement.

A Beurlay en Charente-Maritime, le maire Gérard Gandauber a signé la charte ACT NOW et déclaré l’Etat d’urgence climatique pour sa ville. Un instant plus tôt Amélie Mierger (équipe de France) de powerlifting a battu son propre record de France à 230 kg aux squats nouveau record à 232.5 kg. Jean Noël toujours dans la salle des fêtes de Beurlay a battu de 2,5 kg le record de France de développé couché détenu par Alain Morot d’Albertville depuis 2018.

Des sportifs de tous niveaux ont organisé des performances dans de nombreux pays comme Achille Takpa au Benin (tennisman), Edgar Babou en Côte d’Ivoire (entraîneur et capitaine de l’équipe Ivoirienne de Rugby), Gary Chaynes en Côte d’Ivoire (champion d’Afrique de Rallye auto).

L’Institut du Sport et de l’Alimentation Végétale organisait deux courses. La première se déroulait les 4 et 5 juillet en simultanée sur toute la planète. Des sportifs de tous niveaux ont participé à cette course et marche de sensibilisation au climat et à la biodiversité. De grands champions comme Janette et Alan Murray en Australie (champion du Monde de Marathon), ou Fiona Oakes en Angleterre (4 records du Monde de Marathon) membres de VEGAN WARRIOR ce sont particulièrement illustrés.

A Paris, le départ était donné le 5 juillet à 15h pour l’Ekiden VEGAN MARATHON, la première course-relais végane en équipe de l’histoire. Plusieurs équipes se sont affrontées, sur un parcours très difficile autour du Trocadéro (www.veganmarathon.fr), sous le contrôle de Fabrice Chavanel.    

Plusieurs centaines de personnes ont fait le déplacement dimanche 5 juillet pour assister au  concert de Soul Funk « BlackFoxy » sur l’esplanade des Droits de l’Homme, sous la houlette de Klaus Blasquiz et de Kalid Bazi avec Kader Kachour, Audrey Martial, Samuel Zamia, Julien de Rango, Sibelle Ndefo, Alycia Endene, Valentin Couineau, Paul de Rémuzat, et le réalisateur Nicolas Leroy. BlackFoxy est une formation engagée, fondé par Kalid Bazi en réponse aux attentats de 2015.

Des prises de paroles ont ponctué le concert. Habiba Bigdade (Ligue des Droit de l’Homme), en parfaite maîtresse de cérémonie, a accueilli sur la scène de l’esplanade et présenté Jean-Luc Pradier (Conseiller Diplomatique, Ambassadeur Fondateur, à AISP/aiacp-actions internationales des athlètes pour la culture de la paix), Jules Pasquier (Porte-Parole des Jeunes Ambassadeurs du climat), Gert-Peter Bruch (fondateur de Planète Amazone, réalisateur), Elen Ture (plasticienne végane) Caroline Hemmings (représentante des éco maires), Kalid Bazi (fondateur des Batteurs pour la Paix). Trois happenings ont été organisés pendant le concert : une lecture de Catherine Hubeau de la « Compagnie Avril Enchanté » accompagnée de la danseuse Fatima Saïd, une action du mouvement plastic Attack en présence de l’activiste américain Rob Greenfield, un « tiré de corde, pour rétablir la Justice sociale », mis-en-scène par Magà Ettori, Akraman et Alikhan Saydoulayev.

L’humour et la malice étaient de la partie pour cette dernière activité, puisque cette épreuve de tir à la corde servait à démontrer le principe de justice sociale. D’un côté de la corde il y avait les frères Saydoulayev (champions de Force), représentant les 1% de la population mondiale qui capte 82% de toutes les richesses, et de l’autre côté de la corde 10 compétiteurs anonymes. Cette épreuve questionnait la prédation, l’équité et le partage des richesses.